Coupe des Coupes : Metz garde ses bonnes vieilles habitudes

Le score final est terrible alors que les Messines avaient réussi à limiter la casse dans un match qu’elles ont subi du début à la fin. Avec un handicap de 7 buts pour le match retour , Metz emprunte le même chemin que la saison passée en coupe d’Europe. Pour le meilleur ? (photo : Maria Sidorova, archives)

Les vieux démons messins

Il faut se remémorer les début du club lorrain en coupe EHF l’an dernier pour pouvoir dédramatiser la situation. Battues 37-31 en Hongrie par Érd, les Messines ont su réagir et décrocher leur qualification pour les 8èmes de finale, au goal-average. Une Paule Baudoin de gala et un effort collectif avaient permis de venir à bout des joueuses d’Edina Borsos dans des Arènes qui allaient par la suite connaître des records d’affluence sans précédent. En quart de finale, rebelote : c’est cette fois-là à Astrakhan, que Sandor Rac avait vu son équipe déchanter de la même façon qu’aujourd’hui (26-19). A l’époque, les Russes avaient été accueillies aux Arènes par une foule de 5000 personnes prêtes à en découdre : les Dragonnes gagneront avec 14 buts d’avance …

La routine ? Pas vraiment : privées de Svetlana Ognjenovic qui a du mettre un terme à sa saison, les Dragonnes ont véritablement souffert face à l’ancien club d’Alexandra Lacrabère. Par Lobach et Postnova d’abord, qui vont, au pivot et à 9m, permettre à leur équipe de mener 5-1 à la 5ème minute de jeu. Le temps mort posé par Sandor Rac ne servira pas ses joueuses qui termineront le premier quart d’heure avec 2 buts seulement au compteur, soit 5 de moins que leurs hôtes du jour (7-2). L’entrée d’Andryushina permettra néanmoins de limiter la casse : en passant notamment par Nina Kanto à 6m, le Metz handball ne rejoint les vestiaires qu’avec 3 buts de retard (11-8).

Un retour et … un money-time catastrophique.

Dès la fin de la pause, le cauchemar commence côté jaune et bleu : en proposant une défense pressante qui n’hésite pas à quitter sa ligne, les Russes creusent à nouveau l’écart. Le tableau affiche 17-11 avant que les Messines, qui enchaînent les pertes de balles et dont la combativité semble émoussée, ne commencent à réagir. Aidées par des tirs approximatifs côté Zvezda, les Françaises vont sonner la révolte par des combinaisons efficaces entre Ailly Luciano et Deborah Dangueuger sur la contre-attaque. Sans jamais parvenir à trouver de solution pour contourner la défense massive dirigée par Alexander Revva, elles vont prendre les Russes à leur propre jeu, en prenant les tirs à 9m : un exercice qui va sourire à Ana Gros, le nouveau « bras » de Metz. Dans les 10 dernières minutes, malgré les passes qui n’arrivent jamais à leur destinataire, les Dragonnes ne sont alors plus qu’à 3 longueurs (21-18).

Une perte de balle ? Viakhireva répond présente. Une relance ? C’est pour Uskova. Une faute? Encore elle. Haussant clairement leur niveau de jeu en fin de match, les Russes ont puni sévèrement chaque erreur d’une équipe messine complètement désorientée : en encaissant un 5-0 pourtant évitable dans les dernières minutes, les Dragonnes hypothèquent leur avenir en Coupe des Vainqueurs des Coupes. Seule Ana Gros parvient à limiter les dégâts (26-19) : elle devra compter sur le réveil de certains cadres, samedi prochain aux Arènes pour créer l’exploit. Nina Kanto et Ailly Luciano, les seules à surnager aujourd’hui, ne suffiront pas.

Zvezda Zvenigorod (Russie) – Metz Handball (France) : 26-19 (11-8).

Sport Hall Zvezda (Zvenigorod, Russie), 750 spectateurs.

Zvenigorod : Alexandra Petrukhina , Maria Sidorova – Anastasia Lobach (5), Ljudmila Postnova (5), Liliya Artsiukhovich (4), Yana Uskova (4), Julia Khavronina (3), Anna Vyakhireva (3), Ekaterina Marennikova (2), Anastasia Alexeeva, Irina Antonova, Natalia Chernova, Victoria Klimantceva, Oxana Koroleva, Anastasia Novitskaya, Regina Yakupova. Suspensions : 3 x 2 min.

Metz : Barbora Ranikova, Déborah Dangueuger, Gervaise Pierson – Ana Gros (5), Nina Kamto (5), Ailly Luciano (5), Lara Gonzales Ortega (2), Ekaterina Andryushina (1), Marie Prudhomme (1), Paule Baudoin, Yvett Broch, Chloe Bulleux, Kristina Liščević, Grâce Zaadi. Suspensions : 2 x 2 min.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :