Mondial 2013 : Les dix infos décalées.

Le mondial de handball est enfin lancé en Serbie : si les équipes asiatiques ont surpris les Balkans, il n’y eu aucune grosse surprise en première journée. En attendant la suite des matchs, petit tour du monde des petites anecdotes sur les équipes et joueuses participantes. Pour le programme des matchs et des résumés plus sérieux, tout se passe sur l’excellent Femmesdesport.com (photo : Allison Pineau par Sophie Durieux).

1. Norvège – Nora Mørk joue sa première compétition internationale depuis 3 ans

Grand espoir de la Norvège, Nora Mørk avait effectué une saison 2010/2011 démentielle : championne d’Europe avec la Norvège en décembre, elle avait été décrocher le Graal avec Larvik en remportant la Ligue des Champions. Le tout à seulement 20 ans. Gênée au genou par le syndrome du sauteur, elle devait se faire opérer durant l’été 2011 mais des complications l’ont tenue éloignée des terrains pendant … deux saisons. De retour depuis quelques mois, elle fait un retour remarquable avec Larvik : nul doute qu’elle fera partie des meilleures joueuses de cette compétition.

2. Hongrie – Anita Görbicz est la seule rescapée de la finale de 2003

Il est plus plaisant d’être Français que Hongrois au souvenir de la finale de la coupe du monde 2003. Après une fin de match exceptionnelle, il manquait un but aux Bleues pour décrocher les prolongations : la jeune Anita Görbicz, 20 ans à l’époque, n’hésite pas à se jeter sur Véronique Pecqueux-Rolland pour l’empêcher de tenter sa chance. La suite, on la connaît. 10 ans plus tard, il ne reste plus aucune autre Hongroise pour aller chercher une revanche : après la retraite internationale de Raphaëlle Tervel et la non-sélection de Sophie Herbrecht, il ne reste plus une Française non plus pour rééditer l’exploit.

Anita Görbicz (photo :  Csonka88)

3. Espagne – Présente aux mondiaux, Carmen Martin pourrait perdre son travail

Blessée depuis le printemps dernier, Carmen Martin n’a pas pu aider son équipe du Krim Ljubljana à se qualifier pour le tour principal de la Ligue des Champions (elles y sont parvenues quand même). Bien décidé à ne pas se priver de son ailière espagnole au printemps, le club l’a tout simplement menacé de la virer si elles participait aux mondiaux. Là où l’affaire se corse, c’est qu’alignée face à la Norvège, Carmen Martin s’est blessée à la main … Elle sera remplacée par Jessica Alonso pour la suite de la compétition. Affaire à suivre.

La posible lesión en mano derecha Carmen Martin pendiente exploracion radiologica y puebas en las próximas horas. De momento tranquilidad

— RFEBalonmano (@RFEBalonmano) 7 Décembre 2013

4. Australie – L’équipe nationale n’a jamais gagné un seul match

L’Australie n’est pas le pays du handball, c’est le moins qu’on puisse dire. Qualifiée pour ses 7èmes championnats du monde, l’Oz n’y a jamais remporté le moindre match : classée 23ème sur 24 en 1999 et 2003 (au goal average), elle est abonnée à la dernière place depuis. Corrigées par l’Allemagne dès le match d’ouverture (36-15), les Australiennes vont avoir encore quelques difficultés cette année. Leur seul espoir : la coupe du Président (mini tournoi entre les 8 équipes non qualifiées lors de la phase de poules) où elles pourraient rencontrer le Paraguay, victime des Polonaises qui lui ont infligé une défaite sur le lourd score de 40 à 6 …

5. Tunisie – Raja Toumi possède le record de buts en sélection

On aurait pu imaginer Linn-Kristin Riegeluth-Koren (Norvège, 886 buts, 240 sélections), Marta Mangué (Espagne, 884 buts, 240 sélections) ou Anita Görbicz (Hongrie, 893 buts, 190 sélections) détentrices du record de buts marqués en sélection. C’est en fait la Tunisienne Raja Toumi, qui évolue à Byåsen, en Norvège, qui le détient. Avec 918 buts en 214 sélections, elle est talonnée par sa compatriote Mouna Chebbah qui a marqué 875 fois en 209 matchs.

6. RD Congo – La fille de Christianne Mwasesa, 5 mois, est leur première supportrice

La Toulonnaise Christianne Mwasesa est une toute jeune maman : très fière de représenter la République Démocratique du Congo au mondial, elle est aussi ravie que sa fédération ait donné son accord pour que sa fille de 5 mois soit de la partie. Avec 42 ans de plus que la petite Lola, Constance Louoba est la doyenne des joueuses en Serbie : elle évolue en France avec le club de Blavozy (nationale 2).

7. Norvège – L’Espagne est à l’origine du règne scandinave sur le handball international

Le 13 décembre 2003, l’équipe espagnole où évoluait déjà Marta Mangué remporte un match crucial face à la Norvège (27-26) : les Norvégiennes terminent 6èmes des championnats du monde en Croatie et hypothèquent ainsi leurs chances de participer aux Jeux Olympiques d’Athènes. C’est le début d’une petite révolution dans le handball norvégien : Marit Breivik alors à la tête d’une sélection prometteuse (Tonje Larsen, Gro Hammerseng, Katja Nyberg ou encore les sœurs Lunde) bouleverse la gestion de l’équipe nationale. Depuis 2003, les Norvégiennes ont été deux fois championnes olympiques, quatre fois championnes d’Europe et ont décroché un premier titre mondial qu’elles risquent bien de conserver.

8. Six « meilleures joueuses du monde » évoluent parmi les prétendants au titre.

La toute dernière a été contestée : sans gagner aucun titre dans une compétition majeure, la Brésilienne Alexandra Nascimento a été récompensée en 2012 aux dépends d’Heidi Løke (meilleure joueuse 2011) ou des deux Monténégrines Bojana Popović et Katarina Bulatović. Des mécontents, il y en a eu aussi lorsque Allison Pineau a été distinguée en 2009 : du haut de ses 19 ans, la Française n’avait pas bien vécu l’attention médiatique qui avait suivi. L’année suivante, c’est le « Messi » du handball roumain, Cristina Neagu qui était couronnée. Enfin, les deux taulières que sont Linn-Kristin Riegelhuth et Anita Görbicz ont remporté le trophée en 2008 et 2005. Il y a fort à parier que la lauréate 2013 foule actuellement les parquets serbes.

9. Le nombre de sœurs jumelles dans le handball est troublant.

Celles qui ne passeront pas inaperçues, ce sont les deux arbitres françaises : Charlotte et Julie Bonaventura. Elles ne sont pourtant pas les seules, même si cette année, une partie des binômes seulement sont de la partie.

En Norvège, on retrouve Sanna et Silje Solberg : la première joue à l’aile gauche à Stabæk alors que la seconde officie au poste de gardienne. On risque d’ailleurs de peu la voir durant cette quinzaine : championne incontestée à son poste, Katrine Lunde a elle aussi un double sur le terrain. Kristine Lunde est cependant absente de ces mondiaux, elle attend un heureux événement. Enfin, la jeune Nora Mørk joue à l’aile droite de Larvik lorsque sa soeur jumelle, Thea, joue à l’aile gauche : le handball norvégien a encore des talents en réserve.

En Espagne, seule Elisabeth Pinedo joue encore pour l’équipe nationale : sa sœur Patricia, demi-finaliste de la Ligue des Champions avec Itxako, a depuis pris sa retraite.

10. France – Pourquoi Cléopâtre Darleux porte-t-elle des lunettes ?

La question revient inlassablement : la réponse n’est pas parce qu’elle a reçu un ballon dans le visage comme on l’entend parfois (sinon, toutes les gardiennes en porteraient). Simplement, comme nombre de joueuses, Cléopâtre Darleux n’a pas une vue parfaite et suite à une infection, ne peut plus porter de lentilles.

IMG_8757Cléopâtre Darleux (photo : Sophie Durieux)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :